Les applications mobiles banque en plein essor

Les applications (Apps) sont dépendantes. Ce phénomène est familier à de nombreux propriétaires de smartphones, qui sont carrément accros aux nouvelles petites icônes sur leur écran tactile. Vous les collectionnez comme vous le faisiez pour les timbres, vous les montrez, vous les exhibez – mais qu’est-ce qui rend ces gadgets numériques si fascinants ?

De nombreuses applications sont de pures absurdités ou consistent simplement en des gags. Les sabres laser simulés, les verres à bière ou les coussins à pépé conviennent au mieux à l’humour des étudiants. Mais c’est peut-être cet élément ironique qui a donné aux apps une aura romantique et rebelle dès le début. Les applications ne viennent pas du monde des affaires pour représenter le sérieux amer de la rationalisation des bureaux. Les logiciels traditionnels sont conçus pour faire travailler les gens et augmenter la productivité de leur entreprise. Elle ne doit pas – comme le savent les personnes qui l’utilisent tous les jours – être amusante, ni “ludique”.

L’ère de la démocratisation numérique

Toutes les technologies passent par une certaine phase de prototypage et d’utilisation par l’élite avant de se démocratiser et de devenir utilisables par tous. Considérons l’automobile qui, jusqu’au milieu du XXe siècle, était une technologie encombrante pour les riches et était essentiellement conduite par des chauffeurs. Les technologies sont d’abord des “technologies d’en haut” avant que leurs surfaces, leurs modes de fonctionnement et leurs interfaces ne soient de plus en plus adaptés aux besoins des clients. C’est ainsi qu’est née la culture automobile actuelle, dans laquelle presque tout le monde peut utiliser une voiture et la maintenir en état de marche grâce à toutes sortes de services.

Dans la technologie numérique actuelle, nous sommes fondamentalement dans une crise d’adaptation – l’opinion de la plupart des clients sur la facilité d’utilisation des logiciels est désastreuse. Les utilisateurs se sentent accablés, humiliés, rendus dépendants – et incapables d’exercer un contrôle sur la technologie. Les personnes âgées et celles qui ne sont pas douées en informatique ne peuvent pas faire grand-chose avec un ordinateur. La relation entre les utilisateurs et les ordinateurs est passée jusqu’à présent par les phases suivantes:

>> Convenance numérique

Elle commence par la disponibilité. Les applis sont généralement bon marché et peuvent être achetées et installées avec une simple impression sur l’écran. Vous pouvez les tester et ils sont constamment évalués par une communauté – cela facilite l’accès et la classification.

Accès : Le temps nécessaire pour qu’un programme d’appli soit prêt est de l’ordre de quelques secondes. Vous appuyez dessus et la demande réagit. On ne peut guère s’attendre à plus de cinq ou six sous-fonctions et options de réglage. Ce qui n’est pas explicite est rapidement réglé ou amélioré. Les apps peuvent être disposées sur l’écran au bout de nos doigts de manière à créer un arrangement cognitif – nous construisons notre propre boîte à outils, que nous maîtrisons parce que nous, en tant qu’utilisateurs, créons de l’ordre. De cette façon, une véritable personnalisation est créée – nous configurons l’appareil individuellement en fonction de nos propres besoins. La promesse séculaire – la banque devient simple – se réalise enfin.

Les applications relient le monde numérique et le monde analogique – le monde des signes avec la présence physique. Parce que les smartphones – et de plus en plus d’autres plateformes mobiles telles que les appareils de navigation – ont des capteurs qui représentent un aspect de l’espace. La boussole et le GPS permettent de localiser l’appareil et donc l’utilisateur. Cela rend possible les applications “sensorielles”. Les apps, par exemple, transforment le smartphone en un appareil de sport qui mesure l’itinéraire, le changement d’altitude et la vitesse moyenne pendant le jogging. Ils en font un panneau indicateur, une aide à l’orientation, un guide – une fonction qui manquait jusqu’à présent à la technologie numérique. Ce que l’on appelle le “tracking” donne un sentiment de contrôle qui faisait auparavant défaut dans la technologie informatique. La logique des apps évite ainsi l’effet prothétique que de nombreuses applications numériques avaient auparavant. Un système GPS classique “guidait”, mais rendait en même temps l’utilisateur complètement dépendant des commandes de l’appareil. Les applis ne se contentent pas de guider, elles orientent aussi. Ils montrent, expliquent, interprètent, aident. Ils deviennent ainsi “la lentille à travers laquelle nous voyons mieux le monde” – comme le dit le concepteur de communication Dean Eckles.

Mid 2009, les sondeurs de Gravity Tank à Chicago ont interrogé plus de 1000 utilisateurs d’apps. Environ la moitié d’entre eux ont déclaré que les applications les aidaient dans leur vie quotidienne. Qu’il s’agisse de compter les calories dans les régimes alimentaires ou de choisir les restaurants, de contrôler la fertilité, de gérer les budgets et les dettes des ménages ou de contrôler les mouvements des animaux domestiques, les applications représentent ces “petits assistants” que l’on trouve dans les contes de fées, ces esprits serviteurs qui structurent et configurent la vie.

>> Réalité Augmentée

Connectée à des lunettes (ou autres capteurs), une appli pourrait un jour apporter une véritable dimension de profondeur à l’environnement. Aujourd’hui, il existe déjà des préformes d’applications de réalité augmentée telles que Lazar ou Wikitude, qui combinent des données locales avec des informations provenant d’Internet.

>> Outils de mise en réseau et d’amélioration

Intégrées dans les mondes sociaux des plateformes Internet 2.0, les applications conviennent comme modules de communication qui rendent Facebook, XING et Cie beaucoup plus mobiles et géolocalisés. Désormais, vous pouvez également “localiser” votre cercle d’amis “dans un rayon”. Les smartphones deviennent le système de contrôle de toute la maison. Du fonctionnement des lumières et du chauffage aux appareils de lecture vidéo et TV.

>> Consommation à la demande

Marketing découvrira également les applications. Ils conviennent d’une manière totalement différente, en tant qu’accès aux univers des marques et des consommateurs, que les pop-ups, films ou autres méthodes publicitaires habituels sur le web. C’est là que la “publicité à la demande” devient réalité : quiconque installe une icône de marque en tant qu’appli veut faire de même, il n’est pas obligé de donner involontairement des ressources d’attention. L’utopie du “prosommateur” devient réalité dans le monde des applications. Les clients cherchent à accéder aux marchés et aux marques, et non l’inverse. Le marketing pull au lieu de la publicité push.

Finance : paiement simple et banque mobile

L’App Store propose 128 applications rien que dans le domaine de la finance. Des apps bancaires mobiles à la planification financière en déplacement, en passant par les conseils financiers avec les commentaires de la communauté, rien ne manque. Pour la banque mobile en particulier, plusieurs services sont disponibles sur ces apps bancaires. Il est possible de constater en temps réel les mouvements de votre compte : débit/crédit. Vous pouvez également effectuer vos virements directement de votre smartphone ou votre iphone. Le paiement est d’autant plus faciliter par ces merveilles de la technologie. On a même la possibilité de scanner les chèques avec la caméra de son téléphone et de les soumettre électroniquement à sa banque. Il est également intéressant de noter que presque toutes les apps permettant de faire des achats en ligne sont en concurrence avec les banques, même avec leur propre fonction de paiement. C’est que le paiement via l’appli du smartphone concourt de plus en plus celui en carte de crédit. Le timbre de la Deutsche Post peut être acheté sur place. Le paiement est effectué via le fournisseur de téléphonie mobile.

Prévision des tendances : une iconographie du futur

Dans les applications à une touche, l’évolution vers une technologie intelligente et informelle est évidente – elles sont les précurseurs de la sensualisation et de la modularisation numériques et représentent la technologie intelligente au vrai sens du terme. Il est donc probable que les applications formeront une sorte de grille de base esthétique pour les futures utilisations numériques de toutes sortes. Leur esthétique concise et réduite leur permet de se connecter à l’iconographie de surface du monde moderne – aux logos, aux panneaux d’avertissement et aux symboles d’orientation qui ont émergé dans un monde mobile. Les applications se développeront au-delà de leurs appareils d’origine et “peupleront le monde”. En quelques années, même des paquets de programmes complexes pourraient être assemblés à partir d’applications, dans ce que l’on appelle des “nuages d’utilisation”, qui pourraient être configurés selon les besoins. .